Home
Magazine
Oreilles sous pression

Vivre mieux - le magazine

Les oreilles

sous pression –

Tout ce qu’il faut

savoir avant de plonger. 

09.05.2023

La plongée est un sport qui jouit d’une immense popularité. Elle nous permet, quasi littéralement, de découvrir un monde nouveau. Mais la pression de l’eau est telle qu’il est indispensable de bien protéger ses oreilles. Pour ce faire, l’on apprend lors des formations les célèbres manœuvres de compensation. Mais pourquoi nos oreilles sont-elles si sensibles à la pression? 

Quel est l’impact de la pression de l’eau sur nos oreilles ? 

La pression peut se faire ressentir de diverses manières dans nos oreilles. Dans l’avion, lors d’une randonnée en montagne ou sous l’eau – pour ne citer que quelques exemples. Tandis que, par comparaison, nous réagissons plutôt bien aux variations de pression atmosphérique, il nous faut être particulièrement vigilants dans l’eau. Rien que sous la surface, la pression s’élève à 1 bar. Et tous les 10 mètres de profondeur, elle-ci augmente de 1 bar. À 10 mètres, la pression est donc de 2 bars. Notre corps ne peut pas s’adapter automatiquement à cette différence. Nous devons donc la compenser nous-mêmes de manière active afin d’éviter toute lésion grave. 

Lorsque la pression est trop importante 

Que se passe-t-il lorsque nous ne compensons pas la pression? On commence par sentir une douleur lancinante dans l’oreille. L’air présent dans l’oreille moyenne est comprimé, au même titre que le tympan. Outre la sensation de pression très désagréable, cela entraîne ce que l’on appelle un barotraumatisme en raison des sécrétions de l’oreille moyenne. Dès lors que l’on éprouve une douleur lors de la plongée, il faut impérativement regagner la surface. Il convient de bien suivre toutes les règles de sécurité. Nous y revenons plus en détail ci-dessous. 

Qu’est-ce qu’un barotraumatisme de l’oreille moyenne? 

Le barotraumatisme désigne l’une des blessures les plus courantes en plongée, laquelle peut même entraîner une perte auditive. Il est causé par une absence de compensation de la pression ou une mauvaise technique d’équipression. Lorsque la différence entre la pression de nos oreilles et celle de l’environnement est trop importante, cela peut entraîner des saignements au niveau du tympan. Dans le pire des cas, celui-ci peut se percer. Et si cela arrive alors que nous sommes encore sous l’eau, celle-ci peut s’infiltrer dans l’oreille moyenne et entraîner une sensation de vertige importante ainsi que des inflammations. 

Comment bien plonger 

Si l’on ressent une douleur aux oreilles lorsque l’on est sous l’eau, il n’y a aucune raison de paniquer. En plongée aussi, des blessures peuvent survenir si l’on ne compense pas la pression de manière adaptée. L’oreille moyenne est en surpression. Lorsque l’air ne peut pas s’échapper, le tympan est compressé vers l’extérieur. En cas de barotraumatisme aussi, cela peut entraîner une déchirure et causer les blessures déjà évoquées. Découvrez ci-après quelques-unes des manœuvres servant à compenser la pression. 

Plonger, ça s’apprend 

Ce n’est pas pour rien que la plongée nécessite une formation préalable. Cela concerne en principe toutes les variantes. En règle générale, dès que l’on ne sent plus nettement les effets de l’équipression, il convient de ne pas descendre davantage. Il existe pour cela différentes manœuvres auxquelles recourir. En cas de doute, il est judicieux de faire preuve de la plus grande prudence. Il est également recommandé de rendre visite à son ORL avant et après les vacances si l’on prévoit de plonger. 

La manœuvre de Valsalva 

Elle consiste à prendre une inspiration et à se boucher le nez ainsi que la bouche avant d’expirer doucement. Cela va permettre d’accroître la pression au niveau des trompes d’Eustache. Si l’on entend un petit claquement, c’est que les oreilles sont libres et que l’équipression a fonctionné. Il s’agit de la méthode la plus intuitive et la plus connue. 

La manœuvre de Frenzel 

Les personnes qui ont déjà pratiqué l’haltérophilie seront plus à l’aise avec cette manœuvre. Elle consiste à se boucher le nez et à positionner la langue de sorte à prononcer le son «K». On contracte ensuite les muscles comme si l’on voulait soulever un haltère lourd. La partie antérieure de la langue et le larynx sont ainsi pressés vers le haut. Cette méthode permet de bloquer brièvement les cordes vocales et d’équilibrer la pression des oreilles. 

La manœuvre de Toynbee 

Cette méthode est très similaire à la manœuvre de Valsavla, mais ici, la pression est compensée par la déglutition et non par l’expiration. De l’air pénètre alors dans l’oreille moyenne. Grâce à la pression des muscles de la gorge, les deux trompes d’Eustache s’ouvrent et la pression au niveau des oreilles diminue. 

À quoi d’autre faut-il veiller lorsque l’on plonge 

Les manœuvres listées ci-dessus peuvent grandement aider à compenser la pression et ainsi à améliorer la santé de nos oreilles. Avant de plonger, il est impératif de consulter un spécialiste et de suivre une bonne formation. Même si l’on a une santé de fer, il convient de faire des pauses et de nous hydrater suffisamment. Dès lors que vous faites bien attention à tout cela, vous pouvez vous jeter à l’eau sans problème. 

Vos oreilles sont-elles prêtes pour la baignade? 

La santé de nos oreilles est essentielle, c’est pourquoi nous vous recommandons dans tous les cas un entretien-conseil sans engagement. Nous sommes là pour vous et votre vitalité auditive! 

Prendre rendez-vous

Cela pourrait également vous intéresser

Entendre

Comment se déroule
le traitement d’un
infarctus de l’oreille?

 

 

Comment se déroulent exactement le traitement et l’examen en cas d’infarctus de l’oreille? Selon le déclencheur et l’intensité des symptômes, il existe différents pronostics et possibilités thérapeutiques.

En savoir plus

Entendre

La surdité subite:
qu’est-ce que c’est?

 

Qu’est-ce qu’un infarctus de l’oreille et que faut-il faire dans cette situation? On le reconnaît souvent à une perte auditive unilatérale et indolore, qui peut notamment être déclenchée par le stress.

En savoir plus