Home
Magazine
JOURNÉE INTERNATIONALE CONTRE LE BRUIT 2021
Vivre mieux - le magazine

«JOURNÉE INTERNATIONALE CONTRE LE BRUIT», LE 28 AVRIL

Comment trop de bruit est nocif pour les oreilles

27.04.2021

L’exposition au bruit est de plus en plus présente dans la vie quotidienne – un danger qui guette toujours plus fréquemment surtout les jeunes, qui écoutent de la musique à plein tube. Mais porter des écouteurs trop longtemps lorsqu’on fait du télétravail peut aussi, à la longue, être nocif pour nos oreilles. Cette pratique entraîne souvent la présence d’acouphènes. À l’occasion de la «Journée internationale contre le bruit», un expert en appareillage acoustique de Neuroth répond aux questions les plus fréquentes.

 

1. Quelles sont les principales sources de bruit dans la vie quotidienne des Suisses?

En Europe, une personne sur cinq est exposée à des niveaux sonores considérés comme dangereux pour sa santé. Trop de pollution sonore environnementale est, selon l’Agence Européenne de l’Environnement AEE, un problème largement répandu – en Suisse aussi. La principale source de bruit est le trafic routier, suivi du trafic ferroviaire, du trafic aérien et de l’industrie. «Dans notre vie quotidienne, le bruit est omniprésent, mais nous continuons à le sous-estimer. C’est pourquoi nous ne sommes bien souvent même plus conscients qu’une exposition constante au bruit peut à la longue mettre notre ouïe en danger. Après le lieu de travail, l’exposition au bruit touche aussi de plus en plus la sphère privée», dit Fabian Heeg, audioprothésiste breveté et professionnel de l’entraînement auditif chez Neuroth, société spécialisée en audioprothèse. Cela va de l’écoute de musique à la moto en passant par le bricolage.

2. On utilise des écouteurs pour le télétravail ou pour écouter de la musique : dans quelle mesure les peuvent-ils endommager l’audition?

Des heures de conversations téléphoniques et de vidéoconférences peuvent avoir des répercussions négatives sur l’audition – autant qu’écouter de la musique trop fort ou trop longtemps avec des écouteurs. «En cette période de coronavirus, de nombreuses personnes sont en télétravail et portent des écouteurs pendant de longues périodes. Il est donc crucial d’octroyer des pauses à ses oreilles et de veiller à régler le volume de manière adéquate», explique Fabian Heeg.

Écouter de la musique à un volume trop élevé représente également un danger auquel s’exposent au quotidien de plus en plus d’enfants et de jeunes. Via des écouteurs intra-auriculaires, la musique atteint souvent des pics de volume allant jusqu’à 110 dB. Or, à partir d’une certaine durée, le seuil de nocivité se situe à 85 décibels. Selon l’OMS, plus d’un milliard d’adolescents et de jeunes adultes entre 12 et 35 ans – c’est-à-dire 50 pour cent d’entre eux – mettent en danger leur audition en écoutant de la musique trop fort. L’expert en audioprothèse confirme que de plus en plus de jeunes ont des problèmes d’audition.

 

3. Quelles conséquences l’exposition excessive au bruit peut-elle avoir sur la santé?

«La surdité due au bruit est la forme de déficience auditive la plus fréquente après la surdité due à l’âge, et elle compte en Suisse parmi les maladies professionnelles les plus répandues», relate Heeg. Les fines cellules ciliées de l’oreille interne se cassent comme des allumettes et meurent. Il en résulte une perte auditive permanente. L’audition devient terne, comprendre la parole devient difficile. Souvent, cette perte d’audition s’accompagne d’acouphènes – ces fameux bourdonnements ou sifflements d’oreille.

De nombreux experts attestent par ailleurs que l’exposition au bruit peut avoir des conséquences psychiques et physiques. “Lorsqu’on est exposé à un bruit d’environ 55 décibels, il devient déjà plus difficile de se concentrer. Et en cas d’exposition prolongée, un niveau sonore à partir de 85 décibels – par exemple celui du trafic routier – est néfaste pour la santé”, explique l’audioprothésiste de Neuroth. Citons parmi les conséquences possibles un niveau de stress plus élevé, de l’hypertension, des problèmes de sommeil ou un risque accru d’infarctus. Conclusion : «Non seulement les oreilles souffrent du bruit, mais aussi le corps tout entier», affirme Fabian Heeg.

 

4. Comment peut-on se protéger du bruit dans la vie quotidienne?
Notre monde devient de plus en plus rapide, diversifié et bruyant. Il est donc de plus en plus important de prendre conscience de notre exposition quotidienne au bruit et d’agir de manière préventive. Chacun devrait octroyer régulièrement des pauses à ses oreilles. Il est également conseillé d’effectuer chaque année un test auditif chez un médecin ORL ou un audioprothésiste. «Il existe divers types de protections auditives pour soulager nos oreilles dans la vie quotidienne – que ce soit pour travailler, bricoler ou faire du sport», explique Heeg.

«La protection auditive optimale est donnée par les protections fabriquées sur mesure, qui sont adaptées individuellement à chaque oreille et sont dès lors particulièrement agréables à porter», dit Heeg.  Leur atout principal est leur filtre spécial : «Le filtre atténue seulement les bruits ambiants nocifs. On continue à percevoir les voix et les signaux d’alarme sans problème, malgré la protection auditive», ajoute l’expert en audioprothèse.

 

5. Que peut-on faire en cas d’acouphènes?

Les acouphènes (du grec «entendre» et «paraître») sont un phénomène de plus en plus répandu, qui concernerait un million de Suisses. En Europe, quelque 42 millions seraient atteints d’acouphènes chroniques. «Les acouphènes sont souvent le résultat d’une perte auditive ou d’une trop grande exposition au bruit. Par exemple, quand on reste trop longtemps dans un environnement bruyant ou qu’on est soudainement soumis à un bruit trop fort, comme une détonation», explique Fabian Heeg, qui dirige le centre auditif Neuroth de Zoug. Selon le corps médical, il peut néanmoins y avoir beaucoup d’autres causes, comme p. ex. trop de stress, des tensions ou autres problèmes de santé. Selon une analyse récente effectuée par des chercheurs de l’Université de Manchester et du Centre de Recherche Biomédicale de Manchester du NIHR, une infection au coronavirus peut également avoir des effets négatifs sur l’audition : 14,2 pour cent des patients Covid-19 interrogés mentionnent des acouphènes, et 7,6 pour cent une perte auditive.

La règle générale est la suivante : «Lorsqu’on a l’impression d’entendre moins bien ou que l’on constate un sifflement d’oreilles, il est indispensable de consulter un médecin ORL – et le plus tôt sera le mieux», conseille l’audioprothésiste de Neuroth. Dans le cas des acouphènes, il est particulièrement important de développer des stratégies pour les couvrir : «Si la cause des acouphènes est une perte auditive, des appareils auditifs peuvent aider non seulement à améliorer la capacité auditive déficiente, mais aussi à masquer ces bruits gênants.» Un entraînement auditif peut aussi se révéler très utile pour reléguer à l’arrière-plan les bourdonnements d’oreille – de même que des exercices de relaxation et de gestion du stress.

Des faits & chiffres «percutants» :

  • Journée internationale contre le bruit», le 28.4.2021 : depuis 1996 a lieu chaque année le dernier mercredi du mois d’avril la «International Noise Awareness Day», ou «Journée internationale contre le bruit» (elle fut créée par le «Center for Hearing and Communication» de New York). Son but est d’attirer l’attention sur le bruit en tant que facteur de pollution environnementale. Des actions ont lieu dans le monde entier pour faire prendre conscience aux citoyens de l’importance de leur propre audition.
  • La surdité due au bruit est la forme de déficience auditive la plus fréquente après la surdité due à l’âge.
  • 85 décibels : c’est le seuil à partir duquel le bruit peut devenir dangereux pour les oreilles à partir d’une certaine durée d’exposition. Conséquences possibles : perte auditive, insomnies, hypertension etc.
  • Si on écoute de la musique à un volume d’environ 105 décibels, la durée maximale d’exposition que l’oreille peut supporter est de seulement 18 minutes par semaine.
  • 120 décibels : c’est aussi le seuil de douleur moyen de l’oreille humaine.

Écouter ses oreilles :

Bilan auditif gratuit chez Neuroth

Dans chaque centre auditif Neuroth, on peut passer un test auditif gratuitement et s’informer sans engagement sur les solutions individuelles de protection auditive pour toutes les situations. Vous trouverez plus d’informations sur le site www.neuroth.com ou en téléphonant au 00800 8001 8001.

Prendre rendez-vous

Cela pourrait également vous intéresser

Entendre

«L’oreille est le chemin du cœur»

(Madeleine de Scudéry, 1607–1701)

Une bonne capacité auditive est essentielle pour pouvoir communiquer avec les autres. En conversation avec Marianne Pfister.

En savoir plus

Entendre

Neuroth est le numéro un

Dans le cadre du test “Audioprothésistes 2021 : Mieux entendre” mené par l’Institut suisse indépendant de tests de qualité (ISTQ), Neuroth a été récompensé pour la meilleure prestation de services et conseils.

En savoir plus